Le régime paléolithique ou régime paléo

 

 

 

Le mot paléo est le diminutif du mot paléolithique, qui désigne une ère préhistorique qui a débuté il y a environ 3 millions d’années et qui s’est terminée il y a environ 10 000 ans. L’ère paléolithique est la première période de la préhistoire, c’est également la période la plus longue. Au cours de celle ci, le genre Homo est apparu et a évolué. Les hommes ont appris à maîtriser le feu, a fabriquer des outils et sont devenus des chasseurs cueilleurs.

Le régime paléo ou paléolithique est un régime alimentaire qui fait référence à cette période de l’histoire. Il consiste à consommer majoritairement les groupes d’aliments qui étaient consommés par les chasseurs-cueilleurs de l’ère paléolithique. Ainsi, les aliments peu transformés ou non transformés, qui s’apparentent le plus à ceux de l’ère paléolithique sont consommés au profit des aliments ultra transformés.

 

Le régime paléo apparaît pour la première fois au cours des années 70 aux Etats-Unis  avec la publication de l’ouvrage du docteur, gastro entérologue Walter L Voegtlin intitulé « The Stone Age Diet: Based on In-depth Studies of Human Ecology and the Diet of Man ». Dans cet ouvrage, le docteur Voegtlin explique qu’il y a au moins 2 millions d’années, à l’ère paléolithique, l’homme était principalement carnivore et que les protéines et les lipides constituaient sa principale source d’énergie. L’homme a par la suite modifié son régime alimentaire en apprenant à cultiver des céréales, des fruits, des légumes (apparition de l’agriculture) et à domestiquer et élever des animaux. Il a au fil du temps ajouté des aliments de plus en plus riches en glucides et transformés dans son alimentation, ce qui a favorisé l’apparition de problèmes de santé et de maladies chroniques telles que l’obésité ou le diabète et d’un inconfort physique.

Le docteur Voetglin affirme que pour lutter contre cela, les aliments naturellement choisis par l’homme à l’ère paléolithique devraient majoritairement être ceux qu’il continue de consommer aujourd’hui et qu’il digère mieux c’est à dire des aliments contenant de grandes quantités de protéines, de lipides et peu voire pas de glucides. Ainsi, dans cet ouvrage, le docteur Voetglin décrit un régime alimentaire pauvre en glucides qu’il intitule The twentieth century stone age diet, ou le régime de l’âge de pierre adapté au 20ème siècle, qui est le régime paléo.

 

Le régime paléo est popularisé et suscite l’intérêt de la communauté médicale et scientifique seulement à partir des années 80 avec la publication d’un article par les anthropologues Stanley Boyd Eaton et Melvin Konner. Dans cet article, ils décrivent le régime alimentaire supposé des chasseurs-cueilleurs de l’ère paléolithique et le compare au régime alimentaire occidental actuel. Les apports supposés en macronutriments et en vitamines (vitamine C et vitamine D) et minéraux (calcium, sodium, potassium) des chasseurs-cueilleurs de l’article sont plus importants. 

En 2002, le docteur en santé et exercices physiques, Loren Cordain contribue aussi à valoriser et à populariser le régime paléo en publiant un livre intitulé « The Paleo Diet ». Ce livre est un succès car il propose un programme nutritionnel qui permet d’adopter définitivement le régime paléo en consommant des aliments actuels, modernes. Il propose aussi des exercices physiques adaptés qui permettent aux lecteurs d’améliorer leurs capacités physiques et intellectuelles.

 

En France, le régime paléo est reconnu. Dans son livre, l’alimentation ou la troisième médecine, le docteur Jean Seignalet évoque le régime alimentaire suivi par les chasseurs-cueilleurs de l’ère paléolithique. Selon l’ouvrage du docteur Voetglin, et le livre et le site du docteur Loren Cordain, pour suivre le régime paléo, les aliments qu’il faut majoritairement consommer sont : la viande (maigre, rouge et blanche) et les abats, le poissons et les crustacés ou fruits de mer, les oeufs, les légumes et les fruits, les noix et les graines, l’eau, le café, le thé, les huiles végétales non transformées.

Les aliments qu’il faut exclure ou consommer en très faible quantité sont : les céréales, les légumineuses, la pomme de terre (riche en amidon), les produits laitiers, les huiles végétales transformées, les sucres et surtout les sucres raffinés, les sirops sauf exception pour le miel en faible quantité, les autres produits ultra transformés, en conserve, le tabac et l’alcool.

 

Selon le docteur Loren Cordain, les sept caractéristiques principales du régime paléolithique sont : consommer une grande quantité de protéines, consommer une faible quantité de glucides et privilégier les aliments à index glycémique bas, consommer une grande quantité de fibres, consommer une grande quantité ou une quantité moyenne de lipides et surtout d’acides gras monoinsaturés et polyinsaturés (avec un équilibre du rapport oméga 3 et oméga 6), consommer des aliments riches en potassium et faibles en sodium, consommer des aliments alcalinisants pour contre balancer l’acidité des autres aliments et consommer des aliments riches en vitamines, minéraux, antioxydants et composés phytochimiques (polyphénols).

 

Aujourd’hui des études démontrent que le régime paléolithique aurait des effets bénéfiques sur la santé, il permettrait de lutter contre l’intolérance au glucose et l’augmentation de la pression artérielle. Néanmoins, c’est un régime qui est soumis à controverse car ces études sont réalisées sur un petit nombre d’individus, ne sont pas randomisées et ne durent pas dans le temps . De plus, le régime alimentaire des chasseurs-cueilleurs de l’ère paléolithique est discuté.

Le régime paléo va également à l’encontre des recommandations de l’ANSES et de revues scientifiques concernant la consommation de céréales complètes. Aujourd’hui, il convient de continuer à s’intéresser au régime paléolithique et aux nouvelles études à son sujet si il souhaite être adopté et suivi.

 

Quelques sources :

Ortega, R. M., A. M. Requejo, P. Andrés, A. M. López-Sobaler, M. E. Quintas, M. R. Redondo, B. Navia, et T. Rivas. « Dietary Intake and Cognitive Function in a Group of Elderly People ». The American Journal of Clinical Nutrition 66, no 4 (octobre 1997): 8039.

Konner, Melvin, et S. Boyd Eaton. « Paleolithic Nutrition: Twenty-Five Years Later ». Nutrition in Clinical Practice: Official Publication of the American Society for Parenteral and Enteral Nutrition 25, no 6 (décembre 2010): 594602.

What to eat on the paleo diet ou Que faut-il manger pour suivre le régime paléo, publication estimée en 2009, disponible sur : https://thepaleodiet.com/what-to-eat-on-the-paleo-diet-paul-vandyken/

What is the paleo diet ? Ou Qu’est ce que le régime paléo ?, publié le, disponible sur : https://thepaleodiet.com/the-paleo-diet-premise/

Lindeberg, S., T. Jönsson, Y. Granfeldt, E. Borgstrand, J. Soffman, K. Sjöström, et B. Ahrén.

« A Palaeolithic Diet Improves Glucose Tolerance More than a Mediterranean-like Diet in Individuals with Ischaemic Heart Disease ». Diabetologia 50, no 9 (septembre 2007): 17951807.

Frassetto, L. A., M. Schloetter, M. Mietus-Synder, R. C. Morris, et A. Sebastian. « Metabolic and Physiologic Improvements from Consuming a Paleolithic, Hunter-Gatherer Type Diet ». European Journal of Clinical Nutrition 63, no 8 (août 2009): 947‑55.

Mohammadi M, Mohammadi H, Ghaedi E, Ramezani-Jolfaie N, Salehi-Abargouei A.

« Effects of Paleolithic Diet on Glucose Control in Adults: A Systematic Review and Meta-analysis of Controlled Clinical » Trials. Journal of Nutrition and Food Security (JNFS), 2019; 4 (1): 43-57.

Osterdahl, M., T. Kocturk, A. Koochek, et P. E. Wändell. « Effects of a Short-Term Intervention with a Paleolithic Diet in Healthy Volunteers ». European Journal of Clinical Nutrition 62, no 5 (mai 2008): 68285.

Henry, Amanda G., Peter S. Ungar, Benjamin H. Passey, Matt Sponheimer, Lloyd Rossouw, Marion Bamford, Paul Sandberg, Darryl J. de Ruiter, et Lee Berger. « The Diet of Australopithecus Sediba ». Nature 487, no 7405 (juillet 2012): 9093.

Williams, Peter G. « The Benefits of Breakfast Cereal Consumption: A Systematic Review of the Evidence Base ». Advances in Nutrition (Bethesda, Md.) 5, no 5 (septembre 2014): 636S-673S.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés